Les ballerines


Auteur / compositeur : Baltazar

 

L'idée de cette chanson est née de la doublure de ma veste, sur laquelle s'envolaient une nuée de ballerines. J'étais à Londres et les ballerines m'ont réveillé en pleine nuit pour que j'écrive leur chanson.

Elles se penchent,
A la barre
Souffrent en silence et avec élégance
Elles se penchent,
A la barre
Grand écart
 
Elles s' inclinent
Se déposent
Elles se destinent à la beauté divine
Elles s' inclinent
Telles des roses
Les ballerines

 
Quand elles s’envolent
Elles se font légères comme un ballon d'hélium
Elles sont des étoiles qui tournent et s'illuminent
Quand elles s’envolent
Les ballerines

 
 
Comme des fées
Par magie
Elles se déploient comme un serpent charmé
Comme des fées
Evanouies
Dans la nuit
 
Elles s'échinent
Pauvres enfants
Rêvent de glisser sur le lac des cygnes
Elles s'échinent
En tulle blanc
Les ballerines
 
Quand elles s'envolent
Elles se font fragiles comme des bulles de chewing-gum 
Elles sont des lucioles  que le temps assassine
Comme des corolles
Les ballerines

 
Elles finissent parfois
Figurines de cire
Dans une boite à musique
Gardiennes d'un vieux bijou
 
En tutu de soie
Elle ne peuvent plus vieillir
Mais elle tournent en bourrique
Pour de foutus cailloux
 
Petit rat
De ballet
Trois petits tours de scène à l'Opéra
Puis s'en va
A regret
Du balai
 
Quand elles s’envolent
Elles se font légères comme un ballon d'hélium
Elles sont des étoiles qui tournent et s'illuminent
Quand elles s’envolent
 
Quand elles s'envolent
Elles se font fragiles comme des bulles de chewing-gum 
Elles sont des lucioles  que le temps assassine
Comme des corolles
Les ballerines