Comme dans les chansons d'Etienne


Auteur / compositeur : Baltazar

 

Cette chanson est ce qu'on peut appeler une chanson autobiographique. Je me suis parfois demandé si parler de souvenirs très personnels pouvait permettre à une chanson de toucher le plus grand nombre. Mais tout le monde a connu l'effervescence et le début d'une belle histoire d'amour. Alors peu importe le décor...

Dès le premier regard
Avant de le savoir
J’étais déjà conquis
Mais n’avais pas compris
 
Alors que tous autour
Voyaient bien que pour nous
Ils étaient déjà flous
Alors que tout autour
 
Un violoncelle étrange
La voix, le chant d’un ange
Un poème sans paroles
Pour nos doigts qui se frôlent
 
 
Quand lorsque sous ma peau
Je sens des papillons
Me chatouiller au ventre
C’est tes yeux dans mes yeux
Tes marrons dans mes bleus
C’est ta main dans la mienne
Un instant vis-à-vue
Où tout est suspendu
Comme dans les chansons d’Etienne


Et la passion s’empare
Des vestiges, des remparts
Qui balisaient ma vie
Dans un autre pays
 
Premier bonheur du jour
Déposer sur ta joue
Un baiser, un tatoo
Un réveil de velours
 
Nos sourires se mélangent
Bientôt nos lèvres échangent
Un poème espagnol
Et le bonheur nous frôle
 
 
Quand mes doigts sur ta peau
Dessinent des sillons
Tu t’ouvres à moi et j’entre
Lentement, peu à peu
Dans tes yeux mystérieux
Les démons m’y retiennent
Impuissant, mis à nu
Tout à toi suspendu
Comme dans les chansons d’Etienne

 
 
Comme un homme à la mer
Chahuté par les vents
Dans les brumes de l’enfer
Un paradis latent
J’ai le coeur à l’envers
Paradis foudroyant
 
Comme un igloo fondant
Sous un soleil trop lourd
Un duel inquiétant
Une idylle sans retour
Je suis comme un enfant
Comme un homme à l’amour
 
 
Impuissant, mis à nu
Tout à toi suspendu
Comme dans les chansons d’Etienne
Comme dans les chansons d’Etienne
Comme dans les chansons d’Etienne