Au crépuscule adieu


Auteur / compositeur : Baltazar

 

Quand on commence à voir le visage de sa moitié en surimpression sur les nuages au crépuscule, on devrait peut-être s'inquiéter. Promis, je n'avais rien fumé !

L’océan de nuages
Qui brûle sous mes yeux
Eclaire ton visage
Devenu nébuleux

Ses contours se déforment
En épousant la toile
Sur un cumulus énorme
Ton image se dévoile

Mes pensées vont vers toi
Mon désir te dessine
Et partout je te vois
Te ressens, te devine


Tes yeux sur le ciel en feu
Ton nez s’envole en fumée
Ta bouche sur le soleil se couche
Dans la nuit tout s’évanouit



Et la nuit te ramène
Dans mes rêves langoureux
Nous enlace, nous malmène
Et m’offre, radieux


Tes yeux, les deux
Ton nez à croquer
Un bouche à bouche
Dans mes nuits tout est permis



L’océan de nuages
Qui brûle sous nos yeux
Eclaire nos visages
Mais s’éteind peu à peu

Si un jour je mourais
C’est là que dans tes yeux
C’est là que je voudrais
Me perdre peu à peu

Te dire que désormais
Sous ce ciel fabuleux
Je t’aime à tout jamais
Au crépuscule adieu